Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de l'Ange Blanc Cyclotouriste ou un peu plus sportif - Drôme Provençale - Mont Ventoux Géant de Provence - Haut Vaucluse - Hautes Alpes - Gard et Ardèche - Stage Vélo - GDD - Beau Cyclo Bollénois. Corima Drôme Provençale - La Drômoise

Le Dévoluy, Col du Noyer, Isère et Drôme avec Rémi : 136 km-2400 m

l'Ange Blanc
Magnifiques décors de montagnes : Dévoluy, Champsaur, Vercors et Diois...

Magnifiques décors de montagnes : Dévoluy, Champsaur, Vercors et Diois...

Mercredi 12/08 : pas de vélo depuis la petite balade gardoise du dimanche avec les amis suivie d'une "Sardinade" aussi le menu du jour va être un peu plus élaboré qu'à l'habitude. Je vais faire "à l'envers" un parcours réalisé durant l'été 2012 mais dont je n'avais pas pu faire la totalité en raison d'une méforme. Aujourd'hui j’espère que ça ira et en plus pour m'épauler au cas où, je serai accompagné de Rémi avec sa monture Cannondale flambant neuve. On file en voiture jusqu'à Veynes qui sera notre point de départ pour cette magnifique sortie, complètement inédite pour Rémi et qui pour moi va me permettre de faire connaissance avec le fameux col du Noyer que je n'ai jamais exploré...

1- Vue sur le Dévoluy. 2- Grande route. 3- Début de l'ascension vers le col du Festre.1- Vue sur le Dévoluy. 2- Grande route. 3- Début de l'ascension vers le col du Festre.
1- Vue sur le Dévoluy. 2- Grande route. 3- Début de l'ascension vers le col du Festre.

1- Vue sur le Dévoluy. 2- Grande route. 3- Début de l'ascension vers le col du Festre.

La Cluze, les Garcins, Roc de Garnesier et Col du Festre à 1441 m.La Cluze, les Garcins, Roc de Garnesier et Col du Festre à 1441 m.
La Cluze, les Garcins, Roc de Garnesier et Col du Festre à 1441 m.La Cluze, les Garcins, Roc de Garnesier et Col du Festre à 1441 m.
La Cluze, les Garcins, Roc de Garnesier et Col du Festre à 1441 m.La Cluze, les Garcins, Roc de Garnesier et Col du Festre à 1441 m.

La Cluze, les Garcins, Roc de Garnesier et Col du Festre à 1441 m.

Depuis Veynes nous devons emprunter la très fréquentée D994 mais heureusement sur moins de 4 km puis on mettra à gauche (le bras et le pédalier) car on débute "en douceur" l'ascension du premier col : de Festre à plus de 1400 m. La route est très large ce qui donne l'impression de faux plat mais en réalité la pente avoisine régulièrement les 7 / 8 %, on s'en rend mieux compte au niveau du tunnel, un peu avant La Cluse. Ensuite on arrive sur un plateau composé de pâturages et on traverse plusieurs hameaux : Les Garcins et les Coutières qui nous déposent à 1441 m : col de Festre. Depuis ce plateau la vue à 360 ° est grandiose avec les différents pics qui nous entourent de près comme de loin, à notre gauche c'est la Drôme avec la Jarjatte de Lus la Croix Haute, à droite le pic de Bure et devant l'Obiou à 2789 m.

Quelques km sur ce plateau et on atteint le col des Rioupes à 1430 m.Quelques km sur ce plateau et on atteint le col des Rioupes à 1430 m.
Quelques km sur ce plateau et on atteint le col des Rioupes à 1430 m.

Quelques km sur ce plateau et on atteint le col des Rioupes à 1430 m.

A partir de là on va pouvoir remettre du braquet car l'assiette se stabilise autour de 1400 m jusqu'à ce que l'on atteigne le 2ème col : de Rioupees (1430) qui marque le croisement pour se monter à la station de La Joue du Loup. On aurait pu y monter pour faire un coucou à Nicolas mais il n'est pas là, il est encore d'astreinte !!! (j'me comprends) à la centrale du Tricastin. Du coup on continue sur la D17 vers la seconde station du massif : Superdévoluy ou plutôt vers St Etienne en Dévoluy car nous ne monterons pas (ya pas de neige !).

Joli passage dans le Défilé des Etroits juste avant St Etienne en Dévoluy.
Joli passage dans le Défilé des Etroits juste avant St Etienne en Dévoluy.Joli passage dans le Défilé des Etroits juste avant St Etienne en Dévoluy.
Joli passage dans le Défilé des Etroits juste avant St Etienne en Dévoluy.

Joli passage dans le Défilé des Etroits juste avant St Etienne en Dévoluy.

Début de la montée du col du Noyer.
Début de la montée du col du Noyer.Début de la montée du col du Noyer.
Début de la montée du col du Noyer.

Début de la montée du col du Noyer.

Derniers hectomètres du Noyer (avec des photos de Rémi).Derniers hectomètres du Noyer (avec des photos de Rémi).Derniers hectomètres du Noyer (avec des photos de Rémi).
Derniers hectomètres du Noyer (avec des photos de Rémi).Derniers hectomètres du Noyer (avec des photos de Rémi).

Derniers hectomètres du Noyer (avec des photos de Rémi).

Le passage au Défilé des Étroits est superbe, après ces gorges on arrive à St Etienne en Dévoluy qui se découpe en plusieurs hameaux tout le long de la route, c'est au niveau de celui de Truziaud que débute "officiellement" l'ascension du Noyer. Quel spectacle ! là on est en montagne et ça se voit 8-) le col du Noyer sépare les pics arides du Dévoluy de la vallée du Drac et au-delà du massif du Champsaur. Pour y accéder par la face nord la route ne présente pas de fort % et c'est plutôt court, Rémi (grimpeur du 84) plus à l'aise que moi dans ces ascensions me lâche et me met presque un km en arrivant au sommet ! Du coup il a le temps de prendre quelques photos de cette nature grandiose et de moi en plein effort... J'adore ce coin c'est de toute beauté !

La face sud du Noyer, beaucoup vertigineux et une pente "mangeuse de mollets"
La face sud du Noyer, beaucoup vertigineux et une pente "mangeuse de mollets"La face sud du Noyer, beaucoup vertigineux et une pente "mangeuse de mollets"

La face sud du Noyer, beaucoup vertigineux et une pente "mangeuse de mollets"

Le Refuge dit Napoléon qui date de 1850 au sommet du col du Noyer. Resto et boutique maintenant.
Le Refuge dit Napoléon qui date de 1850 au sommet du col du Noyer. Resto et boutique maintenant.

Le Refuge dit Napoléon qui date de 1850 au sommet du col du Noyer. Resto et boutique maintenant.

Après quelques emplettes souvenir de Rémi à la boutique de l'ancien refuge Napoléon nous faisons demi-tour (nous sommes juste venus chercher le col) et nous redescendons vers St Etienne.Dans la descente on peut voir la station Superdévoluy en face nous avec ses remontées mécaniques qui mènent jusqu'à la crête des Bergers (2686m). En parlant de berger on remarque avec Rémi que les moutons, brebis et agneaux sont omniprésents depuis le départ de notre parcours, je pensais que dans ces Alpes on rencontrerait plutôt des vaches mais non l'alpage est occupé par les ovidés. On repasse les Gorges de l'Etroit mais là on tourne à droite direction St Nizier pour la partie nord de la balade.

Encore des sommets et le clocher de Mère-Eglise au-dessus de St Disdier.
Encore des sommets et le clocher de Mère-Eglise au-dessus de St Disdier.Encore des sommets et le clocher de Mère-Eglise au-dessus de St Disdier.
Encore des sommets et le clocher de Mère-Eglise au-dessus de St Disdier.

Encore des sommets et le clocher de Mère-Eglise au-dessus de St Disdier.

Encore de beaux panoramas et de belles rencontres sur la route.Encore de beaux panoramas et de belles rencontres sur la route.
Encore de beaux panoramas et de belles rencontres sur la route.
Encore de beaux panoramas et de belles rencontres sur la route.Encore de beaux panoramas et de belles rencontres sur la route.

Encore de beaux panoramas et de belles rencontres sur la route.

Partie facile puisque l'on descend depuis une bonne dizaine de kilomètres pour arriver à St Disdier où on peut admirer l'église "Mère Eglise" à 1 km perchée au-dessus du village. On poursuit par une route encaissée dans des roches le long d'un torrent que l'on enjambe par un pont au bout du défilé de la Souloise, ensuite c'est la forêt de pins avec une route qui remonte tout en douceur. Enfin on sort de ce massif boisé et on tombe sur une large vallée près du barrage du Sautet

Passage le plus au nord de notre tracé en traversant Cordéac et avec une vue exceptionnelle.Passage le plus au nord de notre tracé en traversant Cordéac et avec une vue exceptionnelle.
Passage le plus au nord de notre tracé en traversant Cordéac et avec une vue exceptionnelle.
Passage le plus au nord de notre tracé en traversant Cordéac et avec une vue exceptionnelle.Passage le plus au nord de notre tracé en traversant Cordéac et avec une vue exceptionnelle.Passage le plus au nord de notre tracé en traversant Cordéac et avec une vue exceptionnelle.

Passage le plus au nord de notre tracé en traversant Cordéac et avec une vue exceptionnelle.

Passage à l'ombre qui fait du bien dans l'ascension du col St Sébastien (983 m).Passage à l'ombre qui fait du bien dans l'ascension du col St Sébastien (983 m).Passage à l'ombre qui fait du bien dans l'ascension du col St Sébastien (983 m).
Passage à l'ombre qui fait du bien dans l'ascension du col St Sébastien (983 m).Passage à l'ombre qui fait du bien dans l'ascension du col St Sébastien (983 m).

Passage à l'ombre qui fait du bien dans l'ascension du col St Sébastien (983 m).

On retrouve une route moins rectiligne avec là aussi de hauts pins des Alpes mais en contrepartie la route s'incline positivement à nouveau. Il nous faut à présent gravir le col de St Sébastien (un moins de 1000 m !). Ce col est une sorte de verrou qui permet d'accéder au bourg de Mens plus au sud, c'est là que nous casse croûterons avec Rémi.

Un nouveau col pour Rémi : col du Banchet à 900 m
Un nouveau col pour Rémi : col du Banchet à 900 m

Un nouveau col pour Rémi : col du Banchet à 900 m

Montagne de Pinchinet (26) et vue sur le village de Prébois.
Montagne de Pinchinet (26) et vue sur le village de Prébois.

Montagne de Pinchinet (26) et vue sur le village de Prébois.

Ensuite on reprend notre route avec des toboggans bien usants et un nouveau col dont je ne me rappelais plus l’existence : col du Banchet 900 m. Ça devient difficile avec une longue série de montée et descente plus une chaleur certes moins importante que les derniers jours, mais avec une température bien élevée. Nous sommes toujours en Isère mais face à nous nous pouvons voir ou deviner les cols de Menée et de Grimone qui sont en Drôme, de plus il me semble que nous voyons la montagne de Pinchinet juste entre ces 2 cols.

Col de la Croix Haute qui délimite l'Isère et la Drôme sur la D1075 / E72

Col de la Croix Haute qui délimite l'Isère et la Drôme sur la D1075 / E72

Petite boucle volontaire par le village Drômois de Lus la Croix Haute.Petite boucle volontaire par le village Drômois de Lus la Croix Haute.
Petite boucle volontaire par le village Drômois de Lus la Croix Haute.

Petite boucle volontaire par le village Drômois de Lus la Croix Haute.

A présent il nous reste encore un gros morceau en arrivant sur la grande départementale D1075 puisqu'il faut se hisser à presque 1200 m afin d'atteindre le fameux col de la Croix Haute qui donne le passage de l'Isère vers la Drôme. En plus cette départementale est une véritable "autoroute" où le trafic est constant aussi bien à la montée qu'à la descente, la route est tout de même belle mais difficile de pouvoir l'apprécier dans ce vacarme d'autos et de camions... Il nous faut 4 km et près de 300 de D+ pour en venir à bout. On bascule enfin et dans la descente on s’octroie une boucle supplémentaire par le village de Lus La Croix Haute où on fera le plein des bidons et également un peu de cryothérapie dans la fontaine fraîche. Photos de la plaque de cocher pour Rémi qui enrichit sa collection et nous reprenons notre descente vers le sud.

Passage de l'ultime col des Eygaux puis arrivée sur Veynes. Petite bière à Serres !
Passage de l'ultime col des Eygaux puis arrivée sur Veynes. Petite bière à Serres !Passage de l'ultime col des Eygaux puis arrivée sur Veynes. Petite bière à Serres !

Passage de l'ultime col des Eygaux puis arrivée sur Veynes. Petite bière à Serres !

Dans le faux plat descendant on fait monter un peu la moyenne et la cadence de pédalage qui jusqu'à présent tournaient un peu au ralenti, puis il nous faut affronter le dernier col de la partie : celui des Eygaux qui donne ensuite sur Veynes. Une arrive facile puisque toute en descente et on retrouve le fourgon à l'ombre avec en prime ma douche de camping qui nous attend pour se débarbouiller. Un super bilan avec un vrai parcours de montagne, des paysages grandioses et une météo au poil, on va revenir dans le coin pour découvrir d'autres cols vertigineux cette fois. En repartant on fera une pause à Serres pour remplir les bidons et en même temps se déguster une bonne Leff ! c'est ça le vélo..

Commentaires

louane 24/08/2015 21:15

Le lien de mon blog est http://equithorse.over-blog.com/

louane 24/08/2015 21:12

cCoucou papa, pleins de jolie col surtout celui du Noyer avec tous ces moutons et bien sûr la route dans l'Isère avec les chevaux ! et aussi je suis impressionner que toi et tes collègues vous faisiez autant de col mais c'est très bien bravo à tous et comme tu me l'as dit tout t'a l'heur sur mon blog dont je métrait le lien en dessous (pour les passionnés de chevaux et d'équitation) bonne continuation !!! ;) :) <3

l'Ange Blanc 24/08/2015 21:18

merci Loulou, tu auras beaucoup de travail avec ton blog mais comme tu es passionné tu vas le faire avec plaisir. Merci de ton commentaire.

cestdurlevelo 23/08/2015 11:27

Ouh la, après mes vacances j'ai un tas de lecture en retard ;)
Super coin le Dévoluy, je n'y ai pédalé qu'une fois, mais j'en garde des souvenirs mémorables... confirmés par la beauté de tes photos... ça claque ! Mais c'est aussi bien sportif, y'a d'la pente là bas ! Le Noyer notamment, c'est un costaud... et vous l'avez monté côté difficile.
SUPERBE.

cestdurlevelo 23/08/2015 13:12

ah oui exact, j'avais mal lu - vous avez donc monté le même Noyer que moi ;)
Ah c'est vrai, ils ont des soucis d'éboulements de pierriers là bas? Je savais pas.

l'ange blanc (gil) 23/08/2015 13:10

pas beaucoup de route ni de chemin, le Dévoluy est un peu comme une forteresse presque imprenable avec tous ses pierriers qui s'éboulent régulièrement. Mais le peu de voie permet de se régaler les yeux, moins les mollets mais ça va. Et non, nous avons fait le côté "facile" du Noyer (seulement 6 km avec du 6 % de moyenne). Son versant sud est le plus dur et de loin avec une configuration totalement différente, je me suis amusé à descendre quelques mètres sur son versant pour constater la déclivité importante...

Eric 20/08/2015 20:31

dans un coin pareil tu es obligé de prendre des belles photos et de faire monter l'audimat! encore faut-il pédaler car ça à l'air de grimper ! bravo

l'ange blanc (gil) 20/08/2015 22:07

Slt Eric, oui déjà les Alpes à quelques encablures et 1h30 de voiture, un dépaysement total. Question dénivelé ce n'est jamais très dur à part la succession des côtes en Isère.

grimpeur-du-84 17/08/2015 11:09

Salut Gil,
super récit pour notre mémorable chasse aux cols en Dévoluy !
grâce à toi j'ai pu découvrir bien de nouveaux endroits et de cols, surtout ce splendide col du Noyer, déjà la haute-montagne !
premier passage en Isère en prime pour moi aussi.
que de belles photos et de montagnes
à+

grimpeur-du-84 17/08/2015 14:54

la Drome c'est vraiment le "Plus beau département de France" ! et la région Rhône alpes c'est superbe, très contrasté, montagneuse à souhait, plein de cols, un peu de plaine, de lacs, on est gâtés !

l'ange blanc (gil) 17/08/2015 12:55

Et oui non seulement nous habitons un département formidable pour le vélo mais en plus la région est elle aussi pleine de parcours, de cols, de montagnes dépaysants et facilement atteignable en voiture.

Ange noir 16/08/2015 22:57

Mail

l'ange blanc (gil) 17/08/2015 12:50

pas compris.

Ange noir 17/08/2015 08:08

Non erreur sur mail hier soir

l'ange blanc (gil) 17/08/2015 06:19

en panne ?

Philippe 07 16/08/2015 21:28

je connais le coin c'est magnifique même si ça fait un moment que je n'y ai pas promené un vélo j'adore.
Une belle sortie et un bon entrainement pour nôtre Rallye hihi (115Km +1900m) Bonne continuation pour les vacances

l'ange blanc (gil) 16/08/2015 21:46

Seulement 2 fois que j'y vais à vélo et c'est un régal, oui côté D+ ça fait un bon entraînement mais les routes très larges non pas grand chose à voir avec celle de l'Ardèche ainsi que leur revêtement...

Vincent 16/08/2015 21:19

Salut Gil.
Qu'il est splendide ce Col du Noyer ! C'est du bonheur pour les yeux. Quel dépaysement ! Assurément une bonne idée de vacances... Pas trop de monde dans le secteur ? Il me semble que le critérium du Dauphiné l'avait emprunté il y a 1 ou 2 ans. Merci pour l'ensemble du récit et les photos.
a+/V.

l'ange blanc (gil) 16/08/2015 21:43

Slt Vincent, c'est un très beau massif montagneux qui n'est pas tellement connu ou en tous cas moins que ces voisins des Ecrins à côté ou de l'Ubaye mais qui vaut qu'on le visite, par contre assez peu de route en fait. Pas rencontré grand monde du coup et les routes sont bien tranquilles, pas comme la D1075 qui est l'itinéraire Grenoble / Aix en Provence, à éviter en montant par le col de Menée par exemple. Oui TdF en 2010 et le Critérium du Dauphiné récemment.

Alex 16/08/2015 16:47

Superbe sortie avec de jolis paysages :)
que des cols connus pour moi, excepté le St Sébastien, mais tous faits dans le sens inverse :
pour le Noyer, j'avais fait le tour du Pic de Bures en partant de Gap.
Le Trièves est magnifique, ainsi que le Devoluy

ps: j'ai vu cette semaine quelques plaques de cocher dromoise, j'ai desuite penser à toi ^ ^

l'ange blanc (gil) 16/08/2015 18:00

Slt Alex, oui de bien beaux paysages de Montagne et un massif assez facile finalement pour les vélos avec des ascensions qui restent à la portée de tous et pas trop longue. J'avais fait à peu près le même parcours en sens inverse il y a trois ans mais j'avais chuinté le Noyer, d'ailleurs il faudra maintenant que je fasse l'autre face de ce col et là ce n'est pas la même chose... Les plaques de cocher, une spécialité Drômoise, Rémi va devenir un expert depuis que je lui en ai présenté une il les chasse toutes...